Projets en cours

Impact des changements politiques sur les personnes LGBTIQ+

Dans ce projet, nous cherchons à comprendre l’impact des processus démocratiques (par exemple, les votations populaires) sur la vie des individus. En particulier, ce projet s’intéresse à l’impact de votations liées aux droits LGBTIQ+ sur la perception du status quo et le bien-être des personnes LGBTIQ+, de leur allié.e.s et de leurs opposant.e.s. Pour mener à bien ce projet, nous utilisons deux études longitudinales. L’étude suisse fait partie du Panel Suisse LGBTIQ+ et consiste en des données collectées auprès des minorités sexuelles avant et après le vote sur l’extension de la loi anti-discrimination en Suisse. L’étude australienne consiste en des données collectées auprès d’allié.e.s et d’opposant.e.s aux droits LGBTIQ+ avant et après l’enquête nationale sur la légalisation du mariage pour toutes et tous en Australie.

Léïla Eisner (Université de Lausanne), Tabea Hässler (Université de Zurich), et Winnifred Louis (University of Queensland)

Intolérance perçue et soutien au changement social

Dans ce projet, nous cherchons à comprendre comment la perception d’une opinion publique intolérante influence la volonté des individus LGBTIQ+ de s’engager dans un mouvement social (par exemple, participer à une manifestation, signer une pétition).  En s’appuyant sur les données recueillies par le Panel Suisse LGBTIQ+, nous étudions l’impact de l’intolérance perçue sur les intentions de s’engager dans un mouvement social ainsi que sur les actions visant à motiver les gens à voter « oui » lors du vote anti-discrimination en février 2020.

Léïla Eisner (Université de Lausanne), Tabea Hässler (Université de Zurich), Felicity-Turner Zwinkels (Tilburg University), et Rick Settersten (Oregon State University)

Où est-ce que les gens font leur Coming Out ? – Cartographie de la divulgation sélective dans plusieurs pays

Dans ce projet multinational, nous cherchons à comprendre comment des personnes ayant des identités sexuelles (p.ex., personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles) et de genre minoritaires (p.ex., personnes trans et intersexes) choisissent de faire leur ‘coming out’. À l’aide d’une vaste enquête multinationale, nous fournissons d’abord une vue d’ensemble de la manière dont les personnes choisissent de divulguer leur identité sexuelle et leur identité genre dans des domaines importants (par exemple, la famille, les amis, les voisin.e.s, le travail/l’école). Ensuite, nous cherchons à expliquer pourquoi ces ‘pattern’ de ‘coming out’ varient entre les personnes et les pays.

Tabea Hässler (Université de Zurich), Léïla Eisner (Université de Lausanne), Michal Pasek (Beyond Conflict), Evgeny Osin (National Research University Higher School of Economics), Masi Noor (University of Keel), Emilio Paolo Visintin (University of Ferrara), Colette van Laar (University of Leuven), Esra Ummark (University of Oslo), Sabine Otten (University of Groningen), et Julian Rengers (University of Groningen)

Tweets sur les questions LGBTIQ+ et l’égalité des sexes

En s’appuyant sur des Tweets postés en Suisse sur les questions LGBTIQ+ et l’égalité des sexes en 2019, nous cherchons à comprendre comment les Tweets peuvent refléter l’opinion publique sur ces questions. Ce projet étudie la façon dont les membres de différents groupes (par exemple, les organisations, les acteurs privés, les politicien.e.s) tweetent sur les questions LGBTIQ+ et l’égalité des sexes. Ce projet examine également l’impact des grèves nationales ou des événements nationaux liés aux questions LGBTIQ+ sur les Tweets.

Maud Reveilhac (Université de Lausanne) et Léïla Eisner (Université de Lausanne)

Soutien social et santé mentale chez les jeunes trans

Bien qu’un nombre croissant d’enfants aient effectué une transition sociale pour vivre en accord avec leur identité, nous savons encore peu de choses sur les facteurs associés à leur bien-être. Ce projet examine l’associations entre le soutien social (venant de la famille, des pair.e.s, de l’école et de l’État) et la santé mentale de jeunes personnes trans.

Lily Durwood (University of Washington), Léïla Eisner (Université de Lausanne),  Kaitlyn Fladeboe  (University of Washington), Chonghui (Gabriella) Ji (University of Washington, University of Montana), Samantha Barney (University of Washington), Katie A. McLaughlin (University of Washington, Harvard University, et Kristina Olson (University of Washington, Princeton University)

La cohérence de l’identité de genre dans le temps : Une exploration parmi les enfants trans- et cisgenre

La plupart des enfants s’identifient au sexe qui leur a été attribué à la naissance et manifestent des préférences pour les vêtements, les amitiés, etc. qui correspondent aux prescriptions culturelles pour ce sexe. Certains enfants, cependant, expriment des préférences et une identité qui diffèrent sensiblement de celles qui sont généralement associées au sexe qui leur a été attribué à la naissance. Ces enfants peuvent s’identifier à un sexe différent de celui de celui qui leur a été attribué à la naissance, comme étant non-binaire, ou/et au sexe « opposé » à celui qui leur a été attribué à la naissance et manifestent souvent des préférences qui s’alignent à ce sexe « opposé ». En capitalisant sur des données longitudinales, le présent projet vise à évaluer la stabilité de l’identité de genre de personnes cis-genres et trans à travers le temps.  

Tabea Hässler (Université de Zurich), Jessica Glazier (University of Washington), et Kristina Olson (Princeton University)

Le sport et la négativité LGBTIQ+

Malgré la tendance générale à une plus grande acceptation des personnes LGBTIQ+ dans de nombreux pays les athlètes LGBTIQ+ s’abstiennent souvent de révéler leur identité dans le contexte du sport (voir Eisner & Hässler, 2019). Par exemple, sur les 11 000 athlètes présents aux Jeux Olympiques de Rio, seulement 56 athlètes environ étaient « out ». L’une des raisons pour lesquelles les athlètes LGBTIQ+ dissimulent leur identité pourrait être que le climat sportif est particulièrement peu accueillant pour les personnes LGBTIQ+. Étant donné que la dissimulation de l’identité LGBTIQ+ est liée à une diminution du sentiment d’inclusion et à des effets négatifs sur la santé, ce projet cherche à mieux comprendre les attitudes envers les athlètes LGBTIQ+.

Ella J. Lombard (University of Washington), Kimberly Bourne (University of Washington), Léïla Eisner (Université de Lausanne), et Tabea Hässler (Université de Lausanne)